Le puceron et le rosier

Dernière modification
Lundi 3 octobre 2016

L'image à la "une"


Puceron en train de succer la sève d'un rosier
Puceron vert en train de succer la sève d'un rosier
Photo : Michel Delarue.
Cliquer sur l'image pour afficher une version agrandie.

Le puceron vert (Macrosiphum rosae) est un hémiptère parasite vivant en particulier sur les rosiers, comme le savent tous les jardiniers. Il se nourrit de la sève de la plante qu'il prélève en piquant les jeunes rameaux à l'aide d'une trompe (voir photo). La précision est remarquable, le puceron étant capable d'aller piquer, dans le liber, un tube criblé véhiculant la sève élaborée.

L'outil, la trompe, est formée par les pièces buccales de l'animal. En effet, les pièces buccales des insectes sont composées d'un certains nombre d'éléments (labre, mandibules, maxilles, labium) qui, à partir d'une disposition primitive, ont évolué différemment selon les ordres des insectes. Chaque évolution est adaptée à un régime alimentaire différent. Les insectes dont les pièces buccales sont les moins modifiées sont de type broyeurs comme le criquet, leur caractéristique étant d'avoir des mandibules très développées. Des insectes suçeurs-labial (ou suçeurs-lécheurs) comme la mouche possédent une courte trompe largement évasée qui dérive du labium et des maxilles (voir aussi "Syrphe lécheur et sphinx suceur").

Concernant le puceron, il est de type piqueurs-suçeurs avec une trompe fine capable de percer les tissus végétaux (d'autres comme la punaise piquant les animaux). Cette trompe est formée par un rostre qui dérive du labium dans lequel vient se loger des stylets vulnérants qui dérivent des mandibules, des maxilles, du labre et de l'hypopharynx.

Colonie de pucerons verts sur une tige de rosier
Colonie de pucerons verts sur une tige de rosier
Photo : Michel Delarue.
Cliquer sur l'image pour afficher une version agrandie.

La présence de pucerons a un impact sur le rosier car ils vivent en colonies très nombreuse et recouvrent souvent totalement les jeunes rameaux et les bourgeons. Ils peuvent ainsi entraîner des retards dans le développement de la plante et des malformations. L'une des façons d'éviter cet envahissement est la lutte biologique par l'utilisation de coccinelles qui sont de grandes prédatrices de pucerons.

Pour citer cet article

Le puceron et le rosier, Planet-Vie, Lundi 10 mai 2010, http://planet-vie.ens.fr/content/puceron-rosier, voir