Signalisation à la jonction nerf-muscle : MuSK et les rafts

Dernière modification
Vendredi 30 septembre 2016

Jean Cartaud, CNRS
Institut Jacques Monod


Table des matières

  1. Résumé de la conférence
  2. Visionner la conférence
  3. Crédits

Retour au début

1. Résumé de la conférence

Un des aspects importants et encore peu connus du développement du système nerveux est de comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires de la formation des synapses. La jonction entre le motoneurone et le muscle (JNM) constitue un système d’étude plus simple qui contribue au déchiffrage de ces mécanismes. Les approches biochimiques et génétiques ont permis d’identifier plusieurs composants-clés de la différenciation synaptique. La voie de signalisation majeure est déclenchée par la synthèse par le motoneurone et la sécrétion dans la fente synaptique d’une glycoprotéine appelée agrine. L’agrine active un récepteur tyrosine kinase spécifique du muscle– MuSK -qui à son tour initie un processus d’agrégation du récepteur de l’acetylcholine (RACh) et d’autres composants au niveau de la membrane postsynaptique. La différenciation postsynaptique conduit aussi à la différenciation présynaptique. Les signaux et mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans ces processus fondamentaux sont encore mal connus.

Afin d’identifier des médiateurs ou modulateurs de l’action de MuSK à la JNM, nous avons décidé, depuis quelques années, d’identifier par une approche protéomique, les partenaires de MuSK à partir de la membrane postsynaptique des électrocytes du poisson torpille, analogue à la membrane postsynaptique de la JNM. Ce travail nous a conduit à identifier trois nouveaux partenaires de MuSK. Deux sont associés au domaine intracellulaire : une MAGUK, MAGI-1c et un adaptateur moléculaire, la protéine 14-3-3. Le troisième, la sous-unité collagénique de l’acétylcholinestérase, est lié au domaine extracellulaire. Nous discuterons les implications fonctionnelles de ces nouveaux partenaires de MuSK dans le cadre plus général de la synaptogenèse de la JNM.

Finalement, des processus cellulaires impliquant des domaines lipidiques spécifiques -les rafts- semblent aussi intervenir dans les étapes précoces de la synaptogenèse, comme le transport intracellulaire des protéines synaptiques et le recrutement par l’agrine du RACh et de la rapsyne.

Retour au début

2. Visionner la conférence

Cette conférence est disponible sous forme vidéo et audio.

Visionner la conférence

Si vous n'arrivez pas à écouter ou à visionner la conférence, voir la page d'aide (paragraphe " FAQ - Foire aux questions techniques ").

Retour au début

3. Crédits

Cette conférence a été enregistrée le 18 novembre 2004 dans le cadre des journées "L'organisation du vivant : actualités et perspectives" de l'Institut Jacques Monod organisées par Jean-Antoine Lepesant (IJM). Elle est tirée du catalogue de conférences, séminaires, cours, etc. mis à disposition sur le site " Savoirs en multimédia " de l'ENS.

Retour au début

Pour citer cet article

Signalisation à la jonction nerf-muscle : MuSK et les rafts, Planet-Vie, Jeudi 18 novembre 2004, http://planet-vie.ens.fr/content/signalisation-jonction-neuromusculaire, voir